Le Massacre de la Création

au Théâtre Odéon Janvier 2016
& Théâtre Studio Mars 2016

Durée 1h

Capture d’écran 2016-06-03 à 22.51.48

Ce spectacle rend compte du processus de création, ses errances, ses ratures, sa sédimentation. Une seule quête, la beauté et l’épure. Avant cela, montrer toute l’étendue du désastre, du « bordel » créatif, pétri d’influences, traversé d’événements de la vie réelle, anéanti par la résistance obstinée de la réalité. Un incendie allumé par l’urgence de secouer le théâtre à bout de bras,
 de le plaquer contre un mur, et de lui demander droit dans les yeux, 
s’il peut encore faire quelque chose pour l’artiste,
 pour les gens, pour la tragédie moderne. 
Il n’a plus qu’à répondre.

Comment viennent les idées? Pourquoi on s’accroche à certaines?
 Pourquoi beaucoup d’autres nous sont étrangères? Quels événements les provoquent? Pourquoi toi, là, tu ne peux pas monter Tartuffe?
 Pourquoi chez moi, tout semble concourir à ce que je crée une épopée moderne sur la douleur? Est ce qu’il y a moyen de comprendre. Pour comprendre, nous avons un sujet, moi, une actrice-créatrice en phase de création. Je traverse des souvenirs réels, des impressions de spectacles.
 On va voir arriver les grandes idées, les très mauvaises, les éclairs de génie et les influences. Les éléments vont s’assembler et rendre la beauté aux cicatrices.
 Je veux arriver à faire sentir ce double mouvement. Rien n’est encore là et pourtant tout est là dans la tête.
 Toutes les idées sont en puissance. On ne les voit pas à l’œil nu.
 Je veux utiliser le théâtre comme un microscope pour voir ce qu’on ne voit pas encore : 
le phénomène de pensée.

Extrait

A tous les endeuillés qui surpris par la mort ont senti un coup de frein dans leur train de vie.
Qui ont vu l’âme sortir par la bouche et on ouvert la fenêtre oui machinalement pour la laisser sortir.
A tous les effrayés du lendemain qui sentent leur vie petite sur la chronologie des autres, à tous les parents qui un jour ont craint de ne revoir jamais un enfant qui a pris un TGV, une voiture, un taxi, à tous ceux qui voudraient que la vie soit une mince affaire, qui ont penché, hésité, douté, qui écoutent la fanfare avec le poil hérissé ; à tous les vieux, qui sentent le téléphone bien loin en haut quand ils sont tombés sur le carrelage bien froid en bas. A tous ceux qui s’étonnent quand l’été arrive, quand la douceur du temps surprend quand on arrête de lutter contre le froid, bref à tous ceux qui sont tout simplement surpris quand on arrête de lutter. A tous ceux qui s’enrhument en été, qui s’ennuient le soir si internet les lâche, qui écoutent dans la solitude la vie qui frétille, qui auraient bien voulu mais n’ont pas pu, qui se demandent comment faire.
A tous ceux la je veux parler, en amie, imparfaite, sensible et cynique et lucide ; sincère.

Distribution

Travail dirigé par Elsa Granat,
Milosh L. et Christophe Carotenuto

Avec :
Christophe Carotenuto, Marie Combeau, Clara Guipont,
Claire Méchin, Hélène Rencurel, Elsa Granat
& Roxane Kasperski

Création vidéo Milosh L.

Avec le soutien de Théâtre Studio d’Alfortville, Le Cent Quatre, Théâtre de l’Odéon

Remerciements aux Studios Virecour

© Tout un ciel 2017 | Design du site internet www.clarisselochmann.com