Mon Amour Fou

Les 9 & 10 mai
à la Scène Nationale de Chalon-sur-Saône

Du 06 au 21 novembre 2017
au Théâtre de la Cité Internationale

Durée 55 mn

Lucidité bien ordonnée commence par soi-même. 
 Elle tombe amoureuse folle d’un homme intensément vivant, intensément fou. On la met en garde, elle n’entend rien. Elle va le sauver car elle est libre-femme-héroïne.

Ce qui me passionne dans la vie et au théâtre, c’est la pulsion, l’énergie créatrice. On sent poindre en soi, à des âges très différents un jaillissement, une direction : vers l’avant. Ce que j’appelle des poussés d’âmes.

L’espace scénique est un espace mental. Elle endurcit son esprit à la réflexion, 
s’entraîne à revenir sur les événements, comme elle endurcit son corps à affronter les coups de cette nouvelle lucidité. Il n’y a aucune place au vide, une course effrénée dans un seul sens : chercher à comprendre ce qui s’est passé. Elle regarde cette vie et se dit c’est bien ma vie ? J’ai voulu ça ? Vraiment ? Et maintenant ? 
Le spectateur voit une princesse de conte fées ravagée par la réalité des choses. Elle sort de ses illusions et entre de plein pied dans la vie. La vidéo projection nous fait apparaître les héroïnes auxquelles elle s’est identifié depuis Emma Bovary, jusqu’aux blondes des séries américaines. Les mots clés de son histoire apparaissent, clignotent et la forcent à continuer la course, à penser même si elle n’en a plus envie contrainte par sa propre histoire à aller au bout. Une dernière fois.

Lorsqu’on parle de folie, on parle des fous. Mais si rarement de la personne qui accompagne, de celle qui est tombée amoureuse de l’homme ou de la femme. Il y a quelque chose de Kafkaïen dans ces amours-là, dans le combat permanent qu’ils représentent, de celui qui lutte et se perd dans les labyrinthes de l’institution et des décisions médicales. Aujourd’hui tant de gens se disent bipolaires, ce mot semble presque ordinaire, bien loin de l’effrayant et ancien terme maniaco-dépressif.

C’est une maladie dont souffrent plus de 600.000 personnes en France et ce n’est pas un simple trait de caractère. Des personnes qui vivent l’enfer de ne plus savoir ce qui s’est passé, ce qu’ils ont fait, ce qu’ils ont dit. Qui doivent redescendre sur terre après des envols qu’ils regrettent parce que Dieu que c’est bon de ne plus avoir de censure, de se sentir grands et indestructibles. Le théâtre est tout à coup l’endroit idéal pour traverser ces extrémités et raconter l’amour intense.

Extrait

Il ne dort plus depuis des semaines,
il se sent aussi décadent qu’Andy Warhol
aussi puissant que Jules César
il parle très fort très vite
et son corps paraît habité 
par une armée de mille hommes
non singes ?
Mais je suis son ange, 
il m’écrit des poèmes…
il est beau
bizarre
beau
bizarre
beau bizarre
beau bizarre beau bizarre…

Distribution

Travail dirigé par | Elsa Granat
À partir d’un texte de | Roxane Kasperski
Interprétation | Roxane Kasperski
Assistantes | Hélène Rencurel & Rebecca Bonnet
Création lumières | Jérémie Papin
Création vidéo | Franck Guillemain
Régisseur | Julien Crépin
Avec le soutien de La Loge, Arthéphile, Théâtre d’Avignon

© Tout un ciel 2017 | Design du site internet www.clarisselochmann.com